ART

ART

ART

art militaire

Ca-i.png
Passerelle pour l'histoire militaire du Canada Glossaire
Art militaire
On considère généralement que l’art militaire comprend les peintures et les dessins des « peintres de guerre », mais certaines photographies qui n’ont pas seulement un intérêt documentaire s’y ajoutent. L’art militaire a dans une large mesure eu comme objectif d’immortaliser les grandes batailles et les événements militaires marquants. Il était habituellement le fait de personnes de talent qui assistaient aux événements (généralement des officiers) ou d’artistes professionnels travaillant dans leur atelier. « La Mort de Wolfe » à Québec de Benjamin West offre un exemple d’une scène présentant peu de ressemblance avec la réalité peinte par un artiste qui n’avait pas vu la bataille, fût-ce de loin.
C’est pendant la Première Guerre mondiale que le Canada a fait ses premières commandes officielles d’œuvres. En 1917, sir Max Aitken, lord Beaverbrook, nommé à la tête du Bureau canadien des archives de guerre, a commandé à des artistes britanniques et canadiens des toiles représentant des Canadiens au combat. Maurice Cullen, David Milne, A.Y. Jackson, Frederick Varley, Arthur Lismer et Franz Johnson comptaient parmi les artistes choisis, les quatre derniers faisant partie du Groupe des sept, formé en 1920, qui a révolutionné l’art au Canada. En 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale, le programme d’art militaire a été relancé, Albert Cloutier, Alex Colville, Charles Comfort, Charles Goldhammer, Paul Goranson, Lawren P. Harris, E.J. Hughes et Frank Varley comptant parmi les 30 artistes auxquels des œuvres ont été commandées. Des femmes artistes comme Mary Lamb Boback, Pegi Nicol MacLeod et Paraskeva Clark ont représenté des femmes au service de l’armée.
Après la guerre, la collection d’art militaire logée à la Galerie nationale du Canada, puis transférée au Musée canadien de la guerre, a été négligée des critiques d’art et des historiens. Ces toiles étaient pourtant l’œuvre de certains des meilleurs artistes du pays. Depuis les années 1970, toutefois, les nouvelles générations d’amateurs d’art ont découvert le pouvoir d’évocation d’œuvres comme « Fantassins près de Nimègue, en Hollande », de Colville et compris que la collection d’art militaire était un véritable trésor, recelant certaines des meilleures toiles d’éminents artistes canadiens du XXe siècle.
L’art militaire canadien, particulièrement celui de la Seconde Guerre mondiale, se distingue de celui de la plupart des autres pays en ce qu’il est habituellement empreint d’une étrange quiétude et que les scènes d’héroïsme y sont rares. Il s’en dégage une vision paisible et pénétrante de la tragédie de la guerre. La propagande et la publicité sont un autre ordre d’art, mineur celui-là, qui est en train d’être redécouvert. Pendant les deux guerres mondiales, des affiches ont été consacrées à divers aspects de l’effort de guerre; aujourd’hui, elles sont de plus en plus considérées comme une forme d’art militaire.

Législation canadienne

art rupestre

Ca-i.png
Parcs Canada Glossaire archéologique
Art rupestre :
Terme général désignant les figures ou dessins peints ou gravés sur une surface rocheuse. (En anglais, le terme rock art peut aussi parfois désigner une figure formée par déplacement ou superposition de blocs rocheux.) L'art rupestre englobe à la fois les pétroglyphes et les pictographes.

Législation canadienne

Autorité de Régulation des Télécommunication (ART)

Fr-i.png
Glossaire des sigles
ART
Autorité de Régulation des Télécommunication

Législation française

art et essai

Fr-i.png
Décret no 91-1131 du 25 octobre 1991 portant définition et classement des salles de spectacles cinématographiques d'art et d'essai - NOR: MCCK9100373D Art. 1er
les cinémas d'art et d'essai
sont des salles de spectacles cinématographiques dont les programmes sont composés d'oeuvres présentant l'une au moins des caractéristiques suivantes:
  • 1° Œuvres cinématographiques ayant un caractère de recherche ou de nouveauté dans le domaine cinématographique;
  • 2° Œuvres cinématographiques présentant d'incontestables qualités mais n'ayant pas obtenu l'audience qu'elles méritaient;
  • 3° Œuvres cinématographiques reflétant la vie de pays dont la production cinématographique est assez peu diffusée en France;
  • 4° Œuvres cinématographiques de reprise présentant un intérêt artistique ou historique, et notamment oeuvres cinématographiques considérées comme des <<classiques de l'écran>>;
  • 5° Œuvres cinématographiques de courte durée tendant à renouveler par leur qualité et leur choix le spectacle cinématographique.
Peuvent être exceptionnellement comprises dans les programmes cinématographiques d'art et d'essai:
  • 1° Des œuvres cinématographiques récentes ayant concilié les exigences de la critique et la faveur du public et pouvant être considérées comme apportant une contribution notable à l'art cinématographique;
  • 2° Des œuvres cinématographiques d'amateur présentant un caractère exceptionnel.

Législation française