Brigade

Brigade

Ca-i.png
Passerelle pour l'histoire militaire du Canada Glossaire
Brigade
Formation militaire de plusieurs unités, deux ou trois bataillons habituellement, commandée par un brigadier. Voir aussi « Batterie », pour ce qui est des brigades d’artillerie au XIXe siècle. Il s’agit aussi (1914-1918) de l’unité d’appartenance de plusieurs batteries d’artillerie (« régiment » dans la Guerre de 1939-1945).

Législation canadienne
Ca-i.png
Forces.Ca Glossaire
Brigade
Formation militaire de plusieurs unités, deux ou trois bataillons habituellement, commandée par un brigadier.

Législation canadienne
Ca-i.png
Monument commémoratif du Canada à Vimy Glossaire
Brigade :
Unité comprenant deux bataillons ou plus.

Législation canadienne

brigade anti-commando (BAC)

Fr-i.png
La préfecture de police, au service du public de l'agglomération parisienne Glossaire
BAC
acronyme unique désignant pourtant des brigades aux fonctions bien distinctes. Ainsi on distingue les BAC, brigades anti-criminalité, de la BAC, brigade anti-commando.
Les brigades anti-criminalité dépendent de la direction de sécurité de proximité de l'agglomération parisienne et luttent quotidiennement, sur la voie publique, contre la délinquance. Spécialisées dans les interpellations en flagrant délit, elles sont présentes sur l’ensemble du territoire parisien grâce aux BAC d’arrondissement, aux trois BAC de secteur (coordonnant plusieurs commissariats d’arrondissement), à la BAC des transports et à la BAC de nuit, compétente sur toute la capitale. La brigade anti-commando est une unité transversale neutralisant les individus dangereux en cas de mutinerie de détenus, terrorisme ou prise d’otages. Activée lors de crise sur décision du préfet de police, elle regroupe, autour de policiers de la BRI (brigade de recherche et d’intervention), des unités d’autres services parisiens.

Législation française

brigade criminelle (BC)

Fr-i.png
La préfecture de police, au service du public de l'agglomération parisienne Glossaire
BC
brigade criminelle. La plus célèbre est située à Paris au 36, quai des Orfèvres.

Législation française

brigade de protection (BP)

brigade de recherche et d'intervention (BRI)

brigade navale (canadienne)

Ca-i.png
Passerelle pour l'histoire militaire du Canada Glossaire
Brigade navale (canadienne)
Au Canada, des unités de milice volontaire navale furent levées à partir de 1862 et nommées « brigades navales ». À l’époque des raids des Fenians, il y eut sept compagnies en Ontario, formées surtout de yachtsmen et de marins professionnels. Ils se servirent de vapeurs et de schooners de petite taille, équipés d’armes légères. En 1866, la Dunsville Naval Brigade engagea le combat contre les Fenians à bord du navire W.T. Robb. Ces compagnies ontariennes furent dissoutes peu de temps après. Au début de 1867, on ordonna l’organisation d’une vaste brigade navale en Nouvelle-Écosse, à partir de volontaires choisis parmi des matelots, des pêcheurs et autres personnes ayant l’habitude des navires ou des bateaux. En mars 1867, quelque 554 hommes, répartis en dix compagnies, avaient été enrôlés à Halifax, Liverpool, Lunenburg, Digby, Shelburne, Port Mulgrave et Arichat. Par la suite, les chiffres diminuèrent jusqu’au jour où les dernières compagnies, à Halifax, fusionnèrent avec l’artillerie volontaire. Les officiers et les hommes servant dans les compagnies de la Brigade navale portaient un uniforme de type naval, étaient bien entraînés et étaient armés de mousquets et de coutelas.
Voir aussi : Sea Fencibles.

Législation canadienne