RSE

responsabilité sociétale des entreprises (RSE)

UE-i.png
Commission européenne - responsabilité sociétale des entreprises
Responsabilité sociétale des entreprises
La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un concept qui désigne l’intégration volontaire, par les entreprises, de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes.
Les entreprises ont un comportement socialement responsable lorsqu’elles vont au-delà des exigences légales minimales et des obligations imposées par les conventions collectives pour répondre à des besoins sociétaux.
La RSE permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, de contribuer à concilier les ambitions économiques, sociales et environnementales en coopération avec leurs partenaires.

Avertissement : Seule fait foi la version imprimée de la législation européenne telle que publiée dans les éditions papier du Journal officiel de l'Union européenne.
Union européenne
CH-i.png
DDC - Direction du développement et de la coopération
Responsabilité sociale des entreprises
La responsabilité sociale des entreprises (RSE) se réfère à la conscience qu’a une entreprise de l’impact de ses activités sur la société, ses collaborateurs, l’environnement et le contexte économique. L’expression désigne en général une philosophie d’entreprise qui privilégie la transparence, l’éthique et le respect de toutes les parties prenantes. Le concept de RSE met davantage l’accent sur les dimensions écologiques et sociales que sur l’aspect économique. Il est souvent assimilé à l’application des principes du développement durable au sein de l’entreprise (c’est-àdire une gestion qui accorde le même poids aux facteurs économiques, écologiques et sociaux). Dans les milieux de la coopération au développement, on parle surtout de RSE en relation avec le Pacte mondial. Lancée par l’ONU, cette initiative vise à infléchir les stratégies et la manière d’agir du secteur privé, en particulier des grandes entreprises multinationales.Son but est de promouvoir un mode de gestion responsable dans le domaine des droits humains, des conditions de travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption. Jusqu’ici, quelque 2900 entreprises, réparties sur toute la planète, ont signé le Pacte mondial. Pour sa part, la DDC s’attache à soutenir les efforts de responsabilisation des entreprises, lorsque celles-ci opèrent dans son champ d’activité. Parallèlement, elle s’efforce d’influer sur le contexte politique qui favorise les activités de RSE. Il s’agit d’amener les entreprises ayant mis en oeuvre des principes de RSE (comme ceux du Pacte mondial ou les directives de l’OCDE en la matière) à privilégier des partenaires conscients de leurs responsabilités, afin que des normes relativement élevées exercent une pression pour l’amélioration des conditions sociales. Ce faisant, les firmes ne font pas qu’assurer à leurs collaborateurs une protection qui dépasse celle offerte par la législation. Elles exercent également une pression sur d’autres entreprises pour qu’elles adoptent volontairement les mêmes normes.

Législation suisse